Err

Votre panier : 0,00 EUR
Le Prestige Crétois - Produits Crétois et Grecs - Produits sélectionnés par Maria & CO
Actualités

Article sur le journal Orne Combattante 12.09.2019

12 sep. 2019
Article sur le journal Orne Combattante 12.09.2019

Le marché Noël à Messei 61440

3 déc. 2018
Le marché Noël à Messei 61440

Reportage pour la Crète,le samedi 14 avril - France 5

13 avril 2018
On ne vante plus les vertus du régime crétois, pauvre en viande et en poisson, mais riche en légumes, herbes aromatiques, céréales, huile d’olive… Mais, si besoin était, ce voyage sur la plus grande île grecque devrait convaincre les plus sceptiques. Rendez-vous notamment à Kavousi, village réputé pour détenir le plus vieil olivier d’Europe (environ 3 500 ans), ainsi que la plus grande longévité de ses habitants.

Article chez Ouest France le 10.05.2017

17 mai 2017
Article chez Ouest France le 10.05.2017
23 mai 2016
FOIRE - Quand la Crète et la Normandie Un grand merci à Nadine pour son article en concernant la participation de la Crète à la foire à l'andouille de Vire.
Je vous invite cliquez sur le lien! Bonne lecture! Le Prestige Crétois

7 avril 2015
 Projection d’un DVD sur la vie de Kazantzaki - Textes dits par Zygmunt Blazynsky La Société internationale des Amis de Nikos Kazantzaki présente
« Nikos Kazantzaki – Le rapport au Greco »

Projection d’un DVD sur la vie de Kazantzaki - Textes dits par Zygmunt Blazynsky

le 30 avril 2015 à 18h30
à la Maison de la Grèce
9 rue Mesnil – 75016 Paris

Nikos KAZANTZAKI (1883 – 1957)
Né en 1883 à Candie (Crète) Nikos Kazantzaki passa son enfance au milieu de la guerre menée par les patriotes crétois contre leurs oppresseurs turcs. Après des études de droit à Athènes, il se rendit à Paris où il suivit les cours de Bergson, qui eut sur lui une influence aussi déterminante que celle de Nietzche. Puis vinrent les voyages, la retraite au Mont Athos, les années d’après-guerre à Berlin où il écrivit « Ascèse », les voyages en Russie, la découverte de l’Extrême-Orient ; cependant que se poursuivait la longue quête de « l’Odyssée » qui devait durer quatorze années.
L’activité sociale et culturelle de Nikos Kazantzaki ne connut jamais de répit : militant socialiste dès sa jeunesse, il fit partie d’un ministère en 1945 et occupa un poste de direction à l’Unesco avant de se retirer à Antibes, jadis Antipolis pour se consacrer à son œuvre. Il y vécut les neuf dernières années de sa vie et mourut en Allemagne en 1957.
Dans toute son œuvre multiforme, romans, essais, théâtre, poésie, Kazantzaki défend la thèse que la race humaine n’est encore qu’embryonnaire, que seule l’application des idées généreuses la fait grandir peu à peu, et que cette progression lente et pénible se compte en siècles. Peu importe donc les stagnations ou les déclins subis au cours des générations. Cette conception donne à Nikos Kazantzaki un regard de visionnaire et fait de son témoignage un récit prémonitoire.
La Société internationale des Amis de Nikos Kazantzaki présente « Nikos Kazantzaki – Le rapport au Greco » Projection d’un DVD sur la vie de Kazantzaki - Textes dits par Zygmunt Blazynsky le 30 avril 2015 à 18h30 à la Maison de la Grèce 9 rue Mesnil – 75016 Paris Nikos KAZANTZAKI (1883 – 1957) Né en 1883 à Candie (Crète) Nikos Kazantzaki passa son enfance au milieu de la guerre menée par les patriotes crétois contre leurs oppresseurs turcs. Après des études de droit à Athènes, il se rendit à Paris où il suivit les cours de Bergson, qui eut sur lui une influence aussi déterminante que celle de Nietzche. Puis vinrent les voyages, la retraite au Mont Athos, les années d’après-guerre à Berlin où il écrivit « Ascèse », les voyages en Russie, la découverte de l’Extrême-Orient ; cependant que se poursuivait la longue quête de « l’Odyssée » qui devait durer quatorze années. L’activité sociale et culturelle de Nikos Kazantzaki ne connut jamais de répit : militant socialiste dès sa jeunesse, il fit partie d’un ministère en 1945 et occupa un poste de direction à l’Unesco avant de se retirer à Antibes, jadis Antipolis pour se consacrer à son œuvre. Il y vécut les neuf dernières années de sa vie et mourut en Allemagne en 1957. Dans toute son œuvre multiforme, romans, essais, théâtre, poésie, Kazantzaki défend la thèse que la race humaine n’est encore qu’embryonnaire, que seule l’application des idées généreuses la fait grandir peu à peu, et que cette progression lente et pénible se compte en siècles. Peu importe donc les stagnations ou les déclins subis au cours des générations. Cette conception donne à Nikos Kazantzaki un regard de visionnaire et fait de son témoignage un récit prémonitoire.